Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

Agrandissement du parc du Mont-Orford : Racine n’expropriera pas de résidents

Deux semaines après une séance agitée du conseil, la municipalité de Racine a pris la résolution de ne pas obtempérer à la demande du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs d’exproprier deux résidences du chemin Flodden.

La décision a été chaudement applaudie par la vingtaine de citoyens réunis au centre communautaire de la municipalité. L’un des propriétaires concernés par l’expropriation, Michel Bergeron, a tenu à remercier les élus ainsi que « les gens qui nous ont appuyés dans cette démarche-là. C’est la preuve que l’union fait la force. »

Michel Bergeron, résident du chemin Flodden.

Bergeron a poursuivi : « Je pense que la municipalité a avantage à aller chercher appui du côté de la MRC pour tenter non seulement de négocier, mais pour avoir une vision d’ensemble et transparente du projet de parc. Parce que là, tout se fait en coulisses. »

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

Le maire Christian Massé s’est montré d’accord et a avoué se sentir coincé par ces démarches. Il ne tient pas à engager la municipalité dans un affrontement contre le parc et le Ministère, au risque de se faire imposer un projet décidé à l’avance. « Là, au moins, on a des informations de temps en temps. Si on fait un rapport de force, ça risque d’être pire. »

Survol

En mars 2006, le ministre de l’Environnement Claude Béchard, aujourd’hui décédé, annonçait l’agrandissement du Parc national du Mont-Orford. Après 15 ans de mise sur pause, le projet est aujourd’hui remis en branle.

À l’heure actuelle, le parc de 60 km² se situe au sud de la route 220. Suite à son agrandissement, il s’étendrait au nord de la route 222 et du lac Miller pour aller rejoindre le chemin Flodden. C’est pour cette raison que deux résidences situées au bout de ce chemin étaient visées par une possible expropriation, après qu’ils aient refusé une offre initiale d’achat de la part du MFFP.

La municipalité de Racine souhaite que le Ministère jette son dévolu sur le lac La Rouche, propriété de Bombardier, pour y concentrer les activités des visiteurs, au lieu d’altérer l’équilibre des lacs Brais, Miller et Brompton. Les Placements Bombardier s’opposent farouchement à se départir du lac sur lequel sont effectués des tests aéronautiques.

L’année 2023 serait, pour l’instant, la date retenue pour la concrétisation du projet d’agrandissement du parc.

Une vingtaine de citoyens étaient présents à la séance du 5 juillet du conseil municipal de Racine.

 

 

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...