Le Val-Ouest

Publications de Jean-Marc Brais / Initiative de journalisme local

Les deux premières pompières de la Régie d’incendie de Valcourt

Elles ont débuté leur service auprès de la Régie intermunicipale de protection contre l’incendie de Valcourt (RIPIV) il y a quelques mois. Elles sont toutes deux filles de pompier et ont un frère ou une sœur qui l’est aussi. Rencontre avec Janie Couture et Marianne Chartier, les deux premières pompières de la RIPIV. Janie a

Voir la chronique »

Chronique radio : fumier!

Dans cette chronique diffusée sur les ondes de Radio Acton, on revient sur nos deux textes écrits L’épandage de boues d’épuration dans nos champs et L’odeur de lisier à Racine.

Voir la chronique »

Est-ce que ça pue le fumier l’été à Racine?

Bien que ce soit l’hiver, l’épandage de fumier durant la belle saison fait parler de lui. Hier, on se penchait sur les boues d’origine humaine qui sont étendues sur les terres de la région. Aujourd’hui, on aborde l’odeur engendrée par le lisier d’origine animale. Le point est soulevé depuis plusieurs années par le citoyen de

Voir la chronique »

Le Brandy Creek change de main

Ils ont entre 25 et 30 ans et viennent de reprendre les rênes du Brandy Creek, à Valcourt. La transaction s’est effectuée durant la pause des Fêtes entre le quatuor d’amis et l’ancienne administration. Anne-Marie Pion est serveuse et barmaid au Brandy Creek depuis 11 ans. « Ça faisait quelques années que j’entendais les propriétaires en

Voir la chronique »

Fumier humain : Cleveland, la première à réagir

En 2018, l’Estrie a étendu 26 714 tonnes de boues d’épuration sur ses terres agricoles, selon le ministère de l’Environnement (MELCCFP). Le mois dernier, des reportages des émissions La Semaine verte et Enquête révélaient non seulement que ces matières résiduelles fertilisantes (MRF) peuvent être dangereuses, mais que le Canada en importe de grandes quantités. Lundi

Voir la chronique »

Le retour du Ciné-Club

Après la pause forcée de la pandémie, le Ciné-Club du Comité culturel du grand Valcourt souhaite se remettre sur les rails. Une demi-saison comprenant quatre projections mensuelles devrait reprendre l’affiche du Centre culturel Yvonne L. Bombardier à partir du mois de février. Les dernières activités du Ciné-Club remontent à la projection du film Les Fleurs

Voir la chronique »

Les Loisirs de Racine perdent leur exclusivité

La municipalité de Racine a décidé de mettre un terme à l’exclusivité des Loisirs de Racine dans l’organisation d’activités et de reprendre le flambeau. Constitués en 1972, les Loisirs de Racine étaient derrière la Fête nationale et les activités sportives du terrain de balle-molle. « Ça fait longtemps qu’on ne s’entend pas avec les Loisirs », avoue

Voir la chronique »

La MRC demande comment on voit le Val d’ici 15 ans

La Journée des partenaires marquait le coup d’envoi de la démarche stratégique de la MRC du Val-Saint-François. À présent, la population est invitée à exprimer sa vision du Val d’ici le 16 janvier prochain via une plateforme web. Le 12 décembre dernier, la Journée des partenaires a rassemblé 140 intervenant·e·s représentant les milieux municipal, institutionnel,

Voir la chronique »

Don de 17 000 $ de denrées alimentaires à temps pour Noël

2200 livres de viande hachée, 2600 fromages, 1700 litres de lait… Encore une fois cette année, une demi-douzaine de syndicats de la fédération de l’UPA-Estrie se sont unis pour faire don de plus de 17 000 $ de denrées alimentaires. Pour le territoire du Val-Saint-François, le producteur porcin et maire de Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Louis Coutu, était

Voir la chronique »

Les banques alimentaires plus sollicitées que jamais

Même s’ils travaillent à temps plein, de plus en plus de Québécois sollicitent de l’aide de la part des banques alimentaires. Cette augmentation est observée depuis les derniers mois au Centre d’action bénévole (CAB) Valcourt et région ainsi qu’à la maison de la famille Les Arbrisseaux, à Windsor. « Dans la dernière année, on a eu

Voir la chronique »

160 km à pied : marche, mange, dors

Une fois par mois, le groupe Québec Compostelle parcourt à pied un segment différent du Chemin du Québec, qui relie Montréal à Gaspé. Ce mois-ci, le groupe est passé par le Val-7 dans le cadre d’une randonnée de 8 jours et 160 km. « Pour moi, qui souhaite faire Compostelle, c’est la façon idéale de me

Voir la chronique »

Les friches gagnent du terrain dans le Val

« Plus de 50 % des terres sont achetées par des gens qui ne vivent pas de l’agriculture », mentionnait Michel Brien à l’occasion de la 90e assemblée générale annuelle de l’UPA-Estrie, le mois dernier.  Or, ce chiffre ne s’élevait qu’à 9 % en 2010. L’exode urbain, exacerbé par la pandémie, touche directement le Val-Saint-François. « Il

Voir la chronique »
Jean-Marc Brais / Initiative de journalisme local

Jean-Marc Brais / Initiative de journalisme local