Le Val-Ouest

Bilan des ateliers : je dessine mes rêves

Recherche d’une subvention pour les ateliers

C’est par hasard que les ateliers de BD «Je dessine mes rêves» sont nés. Le Fonds d’Initiatives Culturelles (FIC) cherchait des projets pour les écoles de l’Estrie et le programme m’est tombé sous les yeux. Pourquoi pas me suis-je dit. Diane St-Pierre du Val-Ouest m’a encouragé à faire une demande. Je croyais qu’il suffisait de dire que j’étais bédéiste depuis une cinquantaine d’années et hop, on y allait ! Pas du tout.

Heureusement, Diane a mis sa main à la pâte. Bref, le FIC nous a octroyé les fonds nécessaires afin que ces ateliers soient gratuits pour nos écoles du coin. J’ai donc commencé par contacter les écoles du Val-St-François : «Plein-Cœur» de Richmond, «Classe Hors-Frontière» de Windsor, l’École « Sous l’écorce» du fond du rang Desmarais, «Notre-Dame-de-Montjoie » à Racine et l’École «Notre-Dame-Des-Érables» de Ste-Anne-de-la-Rochelle» et La Maison des jeunes «L’Initiative » de Valcourt. Réponse extrêmement positive.

Déroulement des ateliers

Je débarquais dans les écoles avec tout mon barda : Crayons, feutres, gommes, règles et les planches spéciales super grandes que j’avais préparées avec trois cases déjà tracées de façon à faciliter la tâche des futurs bédéistes. Avec ma compagne Denise, nous avions produit une petite vidéo de trois minutes afin de montrer les étapes de la fabrication d’une strip en BD. Je la faisais jouer et zou, c’était parti.

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

Les professeurs avaient déjà demandé en avance à leurs élèves d’écrire leur histoire en quelques lignes, de faire quelques croquis au brouillon… Alors quand j’arrivais, tout le monde était prêt : dialogues et personnages au crayonné puis encrage, gommage et couleur. Zou, chacun partait avec sa strip après 90 minutes.

J’ai été étonné par la concentration de quasiment tous les participants. Aucune commande précise, chacun dessinait son monde sur papier. Quelques conseils donnés par-ci, par-là… «Comment on dessine un bonhomme, monsieur?… J’sais pas faire un traîneau… Comment on dessine une baleine ? » Et puis, des enfants de 5e et 6e années (et quelques adultes aussi) qui m’étonnaient… Moi qui avais toujours de mauvaises notes en dessin quand j’étais jeune. Une professeure m’a même avoué : « Untel n’a jamais voulu dessiner et là ici, il n’arrête pas. Sa mère m’a même avoué qu’il ne voulait pas dessiner avant ».

Dans les sondages effectués après ces ateliers, les enfants avaient l’air contents. Ils en redemandaient : «Je voudrais dessiner une page complète… C’est pas assez… Je dessine déjà… Quand vous revenez ? »

Bref, je me suis bien amusé, moi, le «grand».

« Une simple feuille de papier, c’est le monde à portée de votre main. C’est l’endroit où personne ne peut vous empêcher de rêver. Celles et ceux qui ont permis à des jeunes de rêver leur monde sont mentionnés à la fin de cette vidéo. J’en ai oublié deux: La ville de Valcourt et Denise Payette qui a tourné et réalisé ce petit bijou…»

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...