Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

Bonsecours restreint les projets domiciliaires aux abords du lac Stukely

La municipalité de Bonsecours tenait ce mardi une assemblée de consultation visant à modifier plusieurs règlements. L’un d’eux prévoit décupler la superficie minimale des lots se trouvant dans les zones de villégiature situées aux abords du lac Stukely, en la faisant passer de 3716 m² à 40 000 m², soit 10 acres.

Cela signifie que le nombre de terrains qu’il sera possible de développer à des fins domiciliaires dans ces zones chutera grandement. Cela avait de quoi réjouir les citoyens qui s’opposent aux projets de grande envergure semblable à celui du Domaine Stukely.

Toutefois, pour la première fois depuis des mois, une nouvelle frange de la population s’est fait entendre lors de l’assemblée. Quelques personnes présentes se disaient en faveur de l’arrivée de nouveaux propriétaires.

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

Léo Bouthillette, résident du 6e Rang à Bonsecours.

C’était le cas de Léo Bouthillette, un résident du 6e Rang. «Là, j’ai l’impression que c’est une peur du changement, de voir arriver du monde dans notre municipalité. On devrait plutôt s’en réjouir. Des terrains de 10 acres, je sais pas à quel prix il faudrait vendre ça, mais c’est pratiquement inaccessible pour la majorité des gens.»

Doris Roy est Bonsecourois depuis 25 ans et ancien résident du Domaine des étoiles en bordure du lac Stukely. À l’époque, le projet avait développé une quarantaine de terrains du côté d’Eastman et une soixantaine à Bonsecours. «À ce moment-là, si Bonsecours avait décidé de faire ce qu’elle est en train de faire aujourd’hui, il n’y aurait pas eu de Domaine des étoiles» et il y aurait eu moins de taxes foncières.

« Depuis 25 ans, il y a pas eu un seul projet de villégiature. Aujourd’hui il y en a un et on veut le bloquer. Aujourd’hui à Bonsecours, il y a une maladie contagieuse qui s’appelle le syndrome Pas dans ma cour », conclut M. Roy.

Doris Roy, résident de Bonsecours depuis 25 ans.

Outre par leur présence lors de l’assemblée, les citoyens avaient également la possibilité de faire connaître leur avis par écrit. Il leur est possible de s’opposer par voie référendaire en cas de forte désapprobation. La municipalité fera connaître la suite du dossier lors de la prochaine séance régulière du conseil.

Il est possible de consulter notre précédent article à propos du projet de développement domiciliaire autour du lac Stukely.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...