Le Val-Ouest

Chroniques

Nicolas Proulx

L’Avalé du Val – Terres neuves

Ma mère a déménagé à St-Hyacinthe après la mort de mon père.  Elle vit près de ma sœur.  Saint-Hyacinthe, c’est ailleurs, en dehors de mon monde.  Pourtant, j’y ai habité, il y a longtemps.  Un petit logement d’une pièce au centre-ville, en haut d’un bar, le temps d’un contrat comme moniteur auprès d’éducatrices en garderie

Lire la chronique »
crédit photo Josée Fontaine
Josée Fontaine

Au gré du vent – Rêve ta vie 

« Je t’écris ces quelques lignes sur du papier quadrillé, ça te rappellera l’école et les années folles, moi c’est le seul papier que j’ai… ».  Vous connaissez cette chanson de Michel Rivard ?  « Le retour de Don Quichotte ». Quelle belle chanson ! Moi je vous écris directement sur un portable, dans le confort d’un petit condo du quartier

Lire la chronique »
Griffintown
Danielle Morissette

La puce à l’œil – Griffintown de Marie Hélène Poitras

  Résumé Le jour se lève sur Griffintown après le temps de survivance, les mois de neige et de dormance. Hommes et chevaux reprennent le chemin de l’écurie. L’hiver a eu raison de quelques-uns. Certains, comme John, reprennent le collier comme on renoue avec une mauvaise habitude. Pour d’autres, qui traînent plusieurs vies derrière eux,

Lire la chronique »
Nicolas Proulx
Nicolas Proulx

L’Avalé du Val – Des âmes dans un IGA

Des fois, ce qui reste pris, c’est une chanson.  C’est comme ça.  Malheureusement, je ne suis pas parolier.  Des fois, je m’en sacre.  Je la crache quand-même.  Ça sort tout croche évidemment, sans rythme, sans précision, sans ce qu’il faut pour être une chanson digne de ce nom.  Ça devient une chose mal formée, mal

Lire la chronique »
Nicolas Proulx
Nicolas Proulx

L’Avalé du Val – Tu peux me suivre si tu veux

On dirait que les chemins m’ont rejeté.  T’as voulu faire ton frais d’écrivain avec nous autres, on te restitue mon gars.  On te jette, on te pitche, on te kicke!  Out!  Fini l’avalé, voilà le laissé à terre, en boule pesante sur le sentier glacé, le vélo perdu dans le bois, les skis cassés, le

Lire la chronique »
Michel Carbonneau
Michel Carbonneau

Fêtes à moitié vides, Fêtes à moitié pleines

En réaction à une de mes chroniques, une bonne amie me disait qu’elle préfère voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. À quoi j’ai rétorqué que cela ne changeait rien au fait que le verre n’en était pas moins à moitié vide. Sa réaction traduit bien son optimisme devant les aléas de

Lire la chronique »
crédit photo Josée Fontaine
Josée Fontaine

Au gré du vent – L’amour, un processus inversé

  En octobre, je vous partageais ma croyance, et mon expérience, à l’effet que notre cerveau et notre état psychologique influencent grandement notre corps.  Aujourd’hui, une petite chronique pour vous faire part d’une réflexion qui va un peu dans un autre sens.  Ou qui démontre la fluidité et l’aspect bidirectionnel des mouvements entre le cerveau

Lire la chronique »
Danielle Morissette

La Puce à l’œil – La Manière Barrow de Hélène Vachon

RÉSUMÉ Grégoire Barrow a toujours rêvé de monter sur scène pour interpréter des personnages plus grands que lui, mais c’est dans la pénombre d’un studio de doublage qu’il exerce son art. Que ce soit pour faire mousser les ventes de Viagra, doubler un canard ou un acteur américain de second ordre, il s’exécute avec la

Lire la chronique »
Soif d'Amélie Nothomb
Danielle Morissette

La Puce à l’œil – Soif de Amélie Nothomb

Résumé La romancière se glisse dans la tête de Jésus-Christ depuis son procès jusqu’à la résurrection, et raconte à la première personne les réflexions du Christ sur son Père, le corps, l’amour, la jouissance, l’ingratitude humaine, la souffrance, l’espérance, la foi ou encore la mort. Détails Auteur : Amélie Nothomb Titre : Soif Date de

Lire la chronique »
Michel Carbonneau
Michel Carbonneau

Les travaux et les jours

Comme à chaque automne, Réjean a fait les foins une dernière fois. Comme à tous les jours, il a fait le train du matin et celui du soir. Il faut bien nourrir les bêtes, ces bêtes gagne-pain, ces bêtes nourricières. Depuis quarante ans, je suis témoin de ces rituels auxquels j’ai participé à plusieurs reprises.

Lire la chronique »
crédit photo Josée Fontaine
Josée Fontaine

Au gré du vent – L’empathie

L’été verdoyant et l’automne flamboyant ont laissé place à un novembre ennuyant.  Novembre, « le mois des morts ».  Le mois mort.  Ennuyant… mais tellement reposant.  La nature tourne au gris-brun uniforme, spectacle reposant pour le cerveau. Novembre, mois de « l’intériorité ».  Le temps souvent moche et froid, l’ensoleillement limité, nous incitent à rester à l’intérieur,

Lire la chronique »