Le Val-Ouest

Groulx Ferrailleur ferme ses portes après 48 ans

Après 48 années d’activités, Groulx Ferrailleur à Maricourt, fermera ses portes au public le 20 décembre prochain. L’entreprise continuera ses opérations auprès des commerces et usines de la région pour quelques mois, voire quelques années supplémentaires.

Comme raison principale à cette fermeture, le propriétaire, Jacques Groulx, ne laisse planer aucun doute : « la vieillesse! » Celui-ci a débuté ses activités alors qu’il n’avait que 18 ans. Il soufflera bientôt ses 67 bougies. Il est accompagné de son frère Denis à l’administration.

« On faisait pas de métal avant. On faisait de la pièce puis de la mécanique »,se rappelle l’aîné. Groulx Ferrailleur était à cette époque un garage traditionnel, qui a pris une autre direction lorsque l’électronique s’est de plus en plus invitée dans les voitures modernes.

L'Info-Val

Une fois par semaine, nous vous offrons les liens vers nos articles les plus populaires.
La devanture de Groulx Ferrailleur à Maricourt
La devanture de Groulx Ferrailleur, situé au 559 de la route 222.

Encore beaucoup d’ouvrage

Les composantes d’auto comptent pour la majorité du matériel qu’on trouve sur place. « Des roues avec des pneus, on doit en avoir 5000-10 000. Des montagnes! », reconnait Jacques Groulx.

« Ici en arrière, on a une terre complète de vieux métal, puis de véhicules à défaire et à préparer pour envoyer à la scrap. On en a pour deux ans encore à travailler, peut-être bien trois! » La fermeture et le nettoyage du site de la route 222 occuperont donc les Groulx pour encore quelque temps.

« Je veux fermer pour nettoyer le terrain, puis vendre le métal qui reste », poursuit le ferrailleur. C’est qu’au rythme actuel, il n’aurait pas le temps d’y parvenir. « Denis lâche pas le towing de l’avant-midi. On ouvre juste l’après-midi vu qu’on n’a pas assez d’employés. Moi, je suis sur les conteneurs. »

Le seul employé de Groulx Ferrailleur en action
À part les frères Jacques et Denis Groulx, l’équipe ne compte qu’un seul employé.

Pas de relève intéressée

Groulx Ferrailleur gère les rebuts de métal des trois sites de production de Verbom. La quantité de déchets à traiter est suffisante pour occuper un homme à temps plein. Or, l’entreprise maricourtoise manque de bras.

« Y a pas de relève, puis pas d’acheteur. C’est sûr que s’il vient un gars qui est intéressé à reprendre, il le reprendra. En attendant, il y a rien. Ça fait déjà une secousse qu’on l’offre à des gars qui pourraient faire ça, puis il y a pas personne d’intéressée. »

« Les compagnies de scrap sont pas intéressées à avoir d’autres succursales. Elles en ont assez. Puis c’est pas une place assez grosse. Il y a pas assez de volume, de monde, puis de shops alentour », reconnait Jacques Groulx.

Un service important pour la région

L’arrêt des activités de l’entreprise laissera un grand vide dans la région. Le Club optimiste de Valcourt compte sur Groulx Ferrailleur pour ses collectes bénéfice de vieux fer depuis les 12 dernières années.

« Est-ce que c’est la fin? Je le sais pas », admet le trésorier et fondateur du club, Daniel Lapierre – St-Pierre. « On va voir s’il y a pas d’autres ferrailleurs près. C’est sûr que Groulx, c’est quelqu’un de la place. On l’avait à portée de main. »

Ces collectes biannuelles de fer représentent l’une des principales sources de financement pour l’organisme. Selon le prix du métal à la livre, une collecte pouvait rapporter aux alentours de 850 $.

L'inscription "Groulx Scrap" apparait sur le flanc d'un conteneur.

La fin des redevances pour les pièces

Le Club optimiste de Valcourt était loin d’être le seul client de Groulx Ferrailleur. La MRC du Val-Saint-François en était un régulier. « On était content d’utiliser un ferrailleur du coin, de notre MRC. Évidemment, on va devoir se tourner vers l’extérieur », explique Martin Lemieux, responsable de la gestion des matières résiduelles et de l’environnement à la MRC.

« Pour les grosses pièces de métal, ça va être un problème. Notre écocentre n’est pas ouvert tout l’hiver. Les gens vont devoir stocker les choses, puis les amener au printemps. Ce sera pas aussi facile que ce l’était, c’est certain. »

À terme, la MRC devra se rediriger vers un récupérateur de l’extérieur qui acceptera ses pièces. Les citoyens du Val-Saint-François ont toujours un accès gratuit à l’écocentre du Canton de Melbourne pour aller y déposer leurs rebuts métalliques. Le centre est ouvert jusqu’au 26 novembre prochain, du mercredi au samedi.

Groulx Ferrailleur tient à remercier ses clients et partenaires qui ont permis à ce qu’un joueur indépendant puisse subsister dans la région pendant près de 50 ans.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...