Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

Il fait chaud à l’Odyssée

Le conseil d’établissement de l’école secondaire de l’Odyssée, à Valcourt, a choisi d’installer par ses propres moyens des climatiseurs dans certaines classes. Or, cette initiative outrepasse les pouvoirs décisionnels du Centre de services scolaire des Sommets, qui a tenu à rappeler à l’ordre le mauvais élève.

Lorsque revient le beau temps, la température monte dangereusement dans certains locaux de l’établissement secondaire. La situation est connue depuis des années, voire des décennies.

Aujourd’hui parent d’élèves, Dominic Bourassa est passé par les bancs de l’Odyssée. « Je suis venu ici et c’était déjà existant. […] C’était insupportable. Ça nous tentait pas d’aller en classe de français puis d’anglais au deuxième pavillon. »

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

L’enseignante d’anglais Julie Pouliot est à l’emploi de l’école depuis 1998. « Ça fait 24 ans que je suis ici – c’est pas des farces! – à toujours demander, puis demander. La direction change; on redemande encore. La nouvelle direction arrive puis ils comprennent pas pourquoi on est aussi impatients. C’est pour ça qu’on est impatients. »

Julie Pouliot
L’enseignante d’anglais Julie Pouliot
Air frais pas assez « frais »

Certes, au fil des années, le CSS des Sommets a consenti à installer quelques unités murales d’air climatisé dans certaines classes à l’Odyssée. Celles-ci sont commandées à distance et sont devenues moins recommandables depuis la dernière rentrée scolaire.

En effet, en septembre dernier, le gouvernement du Québec a introduit un nouveau paramètre dans l’évaluation de la qualité de l’air dans les écoles : la concentration de dioxyde de carbone (CO2). La pandémie de COVID-19 a ramené ce taux à l’avant-plan.

Ainsi, lorsqu’utilisées, les unités murales du CSS des Sommets permettent d’abaisser la température d’une pièce, mais pas de renouveler son apport en nouvel air et, donc, de diminuer le taux de CO2. Le Centre de services recommande donc d’ouvrir les fenêtres, ce qui fait rentrer l’air chaud du dehors et ne règle pas le problème.

Lecteur de CO2
Les nouveaux « lecteurs de paramètres de confort » du gouvernement du Québec mesurent la concentration de CO2, le taux d’humidité et la température dans chaque classe et envoient ces données au Ministère de l’Éducation.
Prendre le taureau par les cornes

Face à ce paradoxe et aux élèves qui continuent d’avoir chaud, le conseil d’établissement de l’Odyssée a pris la résolution d’acheter des climatiseurs avec les fonds dont il dispose. Jocelyn Poitras est parent d’élève et membre du conseil d’établissement.

« Oui, c’est pour mettre de la pression sur le Centre de services. C’est de dire : “Là, on a des climatiseurs qu’on va installer. On sait que c’est pas selon les normes. On le fait de façon temporaire pour que vous, vous le fassiez de façon pérenne.” »

La réponse ne s’est pas fait attendre. Le CSS des Sommets a rapidement convoqué une réunion extraordinaire le 8 juin dernier avec le conseil d’établissement de l’Odyssée afin de présenter un plan d’action concernant la qualité de l’air dans l’école.

« L’intention était probablement très bonne, mais on ne peut pas utiliser des sommes pour acheter des unités de climatisation. Aux yeux du Ministère, c’est illégal », a souligné d’emblée la directrice générale du CSS des Sommets, Édith Pelletier.

Édith Pelletier
Édith Pelletier, directrice générale du CSS des Sommets

L’accompagnait le directeur des ressources matérielles du CSS des Sommets, Maxime Ferland. « En termes d’encadrement légal sur le bâtiment, [ces climatiseurs], c’est pas des éléments qui devraient être dans nos locaux présentement et encore moins les unités dans les fenêtres qui sont pour usage domestique. Elles sont clairement pas homologuées pour ça. […] Le Ministère nous demanderait de les enlever. »

L’Odyssée « priorisée »

Une firme d’ingénierie est venue visiter l’école de l’Odyssée ces dernières semaines afin d’évaluer la solution technique à privilégier afin d’implanter un système de ventilation mécanique dans tous les locaux de l’établissement.

La DG Pelletier confirme que l’école de l’Odyssée est désormais « priorisée ». Un projet de plusieurs millions devrait être déposé auprès du Ministère de l’Éducation à l’automne. « Habituellement, on a des nouvelles après les Fêtes », avance celle qui prendra sa retraite le 8 juillet prochain.

Si tout va bien, les travaux pour un système de ventilation mécanique à l’Odyssée devraient débuter à l’été 2023 et s’étirer jusqu’à l’automne de cette même année. « Est-ce que j’y crois à 100 %? Honnêtement – et ça me fait de la peine de dire ça –, mais je suis pas sûre », confie l’enseignante Julie Pouliot.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...