Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

La porcherie de Racine maintenant entre les mains de la famille Massie

Les passants de la route 222 à Racine ont pu remarquer le chantier qui sévit sur le site de l’ancienne Ferme André Marois depuis les derniers mois. Bien qu’un nouveau bâtiment soit en construction, la porcherie diminuera sa capacité en passant de 2500 porcs à engraissement à une maternité de 1500 truies.

« C’est un site qui était à engraissement avec plus d’unités animales et avec une charge d’odeur qui était vraiment pas la même. Des porcs à l’engrais et une maternité, ça n’a pas la même charge d’odeur », explique le producteur porcin Pierre Massie.

Bien que le site accueillera désormais moins d’animaux, la ferme s’agrandit avec la construction d’un complexe de parcs qui donnera plus de confort aux bêtes. « C’est un projet à la fine pointe de la technologie, tant au niveau de la gestion de l’eau, de la gestion des animaux en parc, que du bien-être animal. Ça n’a plus rien à voir avec l’ancienne ferme de M. Marois », poursuit M. Massie.

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

Un aperçu de la nouvelle maternité en construction à la porcherie Massie.
« On se dirige vers des truies en parc, gérées en groupes et des plus grandes cages de mise bas », détaille Pierre Massie.

Pierre Massie est un producteur porcin établi en Montérégie. Sa fille Camille Massie, 28 ans, est la nouvelle propriétaire des installations de Racine. « Camille, c’est notre relève agricole. On lui donne un coup de main. Vous allez comprendre qu’à 28 ans, elle peut pas nécessairement faire ce genre d’investissement-là. »

L’aspect familial et indépendant de l’entreprise est primordial aux yeux des Massie. Si l’exploitant précédent était à contrat pour le consortium Agri-Marché, qui gère plusieurs fermes d’élevage porcin et avicole, la porcherie, maintenant enregistrée sous le nom d’Élevages 222, sera propriétaire de ses animaux.

« C’est des clients indépendants qui achètent nos porcelets. Nous-mêmes, nous sommes des producteurs indépendants, c’est-à-dire qu’on ne dépend d’aucun grand réseau. On n’est pas intégré, on n’est pas intégrateur. C’est une ferme familiale qui vend à d’autres fermes familiales », tient à spécifier Pierre Massie.

La phase 1 du projet comptera 940 truies sur les 1500. On en est à compléter la phase 2. Une fois la construction terminée, restera l’installation de l’équipement. La porcherie devrait être fonctionnelle au cours de l’hiver. La maison familiale située à l’entrée du terrain accueillera le gérant de la ferme ou des travailleurs étrangers au cours de l’automne.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...