Le Val-Ouest

Le Grand Prix Ski-Doo sera vu par des millions de personnes

La visibilité de l’édition 2024 du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt sera sans précédent. Avec le soutien de BRP, le Grand Prix a réussi à faire partie du circuit Amsoil Snocross. Conséquence : des millions de personnes verront les courses qui se dérouleront du 9 au 11 février.

Estimation : 3 millions de vues sur les réseaux sociaux

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’an dernier, environ 30 000 personnes ont assisté au Grand Prix et 32 000 ont suivi l’événement sur les réseaux sociaux. Cette année, avec la venue de Amsoil Snocross, on parle d’une estimation de 3 millions de vues sur les réseaux sociaux. La semaine suivante, les courses seront en rediffusion sur Fox Sports, qui atteint 57 millions de foyers en Amérique du Nord.

Le Grand Prix Ski-Doo fait partie cette année de l’un des neufs championnats de Amsoil Snocross. Ce sera la seule course hors des États-Unis. Une nouvelle entente qui permettra à de millions de personnes de voir l’événement. (image : site Web de Amsoil Snocross)

La seule course hors des États-Unis

« C’est un peu le « Formule 1 » du snocross en Amérique du Nord », résume Guillaume Cayer-Richard, directeur général du Grand Prix. Ce championnat a toujours proposé huit courses, exclusivement sur le territoire des États-Unis. «Ils ont accepté de rajouter une neuvième course qui sera ici, à Valcourt

« L’arrivée du circuit Amsoil est un accomplissement en soi. Qui va offrir une vitrine aditionnelle au Grand Prix, à Ski-Doo et à ses courseurs », souligne pour sa part Jérémi Doyon-Roch, président d’honneur du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt et directeur stratégique des marques Ski-Doo, Lynx et Sea-Doo. «Le Grand Prix représente une partie importante de l’histoire de BRP. Et nous sommes particulièrement fiers de l’engouement qui persiste autour de cet événement. Il reste un incontournable pour tous les grands motoneigistes et coureurs», a-t-il ajouté.

« L’arrivée du circuit Amsoil est un accomplissement en soi. Qui va offrir une vitrine aditionnelle au Grand Prix, à Ski-Doo et à ses courseurs », a pour sa part souligné Jérémi Doyon-Roch, président d’honneur du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt et directeur stratégique des marques Ski-Doo, Lynx et Sea-Doo. (photo : Sébastien Michon – Le Val-Ouest)

« Les Américains sont très fébriles de venir »

Il s’agira non seulement d’une première pour le Grand Prix, mais aussi pour l’Amsoil Snocross. « Les Américains sont très fébriles de venir. La plupart d’entre eux n’ont jamais traversé les douanes. C’est un peu un défi. » Pour faciliter la venue des équipes, le Grand Prix tient régulièrement des rencontres avec l’Agence des services frontaliers du Canada.

« Ça fait au moins une quinzaine d’années qu’on n’avait pas eu un gros championnat comme ça. Tous les constructeurs seront là », mentionne Guillaume Cayer-Richard. Dans le cadre de ces courses, on retrouvera le Pro, Pro Lite et Pro Women. « D’habitude, nous avons environ 5 ou 6 remorques de 53 pieds. Cette année, ce devrait être entre 15 et 20. Nous aurons les meilleurs d’Amérique du Nord », s’enthousiasme le directeur général.

Guillaume Cayer-Richard tient toutefois à rappeler que le Grand Prix a toujours été satisfait de sa collaboration avec SCMX pour le championnat provincial de snocross. « C’est juste que cette année, on change de bulle et on grossit la chose. »

Le circuit Amsoil, « C’est un peu le « Formule 1 » du snocross en Amérique du Nord », résume Guillaume Cayer-Richard, directeur général du Grand Prix. (photo : Sébastien Michon – Le Val-Ouest)

« Le Grand Prix, c’est un de mes top 3 »

Pour une seconde année, le pilote automobile Andrew Ranger est le porte-parole de l’événement. À 37 ans, il vient de fêter ses 25 ans de participation en sports motorisés. « C’est un petit choc. Ils m’appellent le vétéran. Je suis vieux, mais pas tant que ça », rapporte-t-il à la blague.

« J’ai remporté de nombreuses courses en Indy Car et en Nascar aux États-Unis. Mais d’avoir gagné le Grand Prix de Valcourt, c’est un de mes « top 3 ». J’ai coursé devant ma famille et mes amis. Je venais ici avec mon père. Et c’est d’ici qu’est partie pour moi la passion du sport motorisé. Quand j’étais jeune, j’ai dit : « Un jour, je veux gagner le Grand Prix ». Et je l’ai fait. »

« Le Grand Prix de Valcourt, c’est un de mes « top 3 », affirme Andrew Ranger, pilote automobile et porte-parole de l’événement. (photo : Sébastien Michon – Le Val-Ouest)

Présence de la première femme championne du monde

Sabrina Blanchet, la première femme championne du monde de motoneige dans la catégorie Vintage 440, coursera à Valcourt encore cette année. La présence de la jeune femme de 28 ans devrait aussi permettre d’attirer de nombreux amateurs.

Sabrina Blanchet, première femme championne du monde de motoneige, coursera lors du Grand Prix. (photo : Sébastien Michon – Le Val-Ouest)

Admission gratuite le vendredi et pour les moins de 17 ans

Comme pour la précédente édition, l’admission générale sera gratuite le vendredi, y compris dans la loge G. Par contre, les autres loges ne seront pas accessibles gratuitement.

De même, les jeunes de 17 ans et moins pourront avoir accès au site gratuitement tout le weekend. « L’an dernier, nous avons même eu des écoles qui sont venues en autobus. Si nous voulons un Grand Prix pour plusieurs années, ça prend de la relève. Et je crois que c’est la façon d’attirer les gens », soutient le directeur général.

Plus de kiosques dans la zone familiale

La zone familiale comportera cette année un plus grand nombre de kiosques. La présence des plus jeunes tient d’ailleurs à cœur à Andréanne Larouche, députée de Shefford. Lors du lancement, elle a souligné que « le Grand Prix, avec son volet familial, essaie de transmettre aux plus jeunes la passion de nos sports d’hiver. »

7,1 M$ de retombées économiques

André Bachand, député de Richmond, était lui aussi présent lors de la conférence de presse. Pour lui, il s’agit d’un événement touristique majeur. Non seulement pour Valcourt, mais aussi pour la région de l’Estrie. De fait, l’équipe du Grand Prix estime à 7,1 M$ les retombées économiques pour la région.

Quelques-uns des dignitaires et personnalités présentes lors de la conférence de presse annonçant l’édition 2024 du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt. (photo : Sébastien Michon – Le Val-Ouest_

Spectacle musical à l’aréna de Valcourt

Le samedi en fin de journée, après les feux d’artifices, petits et grands ont rendez-vous à l’aréna de Valcourt pour le spectacle du groupe Lendemain de veille.

Ce spectacle du samedi avait auparavant lieu sur le site du Grand Prix. « Dans l’optique d’animer Valcourt et de ramener les gens en ville, nous avons décidé de leur laisser l’opportunité d’organiser l’événement à l’aréna. Comme dans le temps », explique Guillaume Cayer-Richard. La vente des billets semble d’ailleurs aller bon train, selon les organisateurs.

Télécharger la programmation en cliquant sur ce lien: https://val-ouest.com/wp-content/uploads/Programmation-GPV.pdf

À LIRE AUSSI dans Le Val-Ouest :

Le Festi-Val en neige fait connaître sa programmation

BRP célèbre ses 20 ans

Les gens derrière la stratégie électrique de BRP

Le Grand Prix Ski-Doo redonne 10 000$ à la communauté

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...