Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

Le lixiviat serait enfin traité hors du bassin versant du lac Memphrémagog

L’ANR demande à Casella de traiter définitivement le lixiviat
hors du bassin versant du lac Memphrémagog

L’Agence des ressources naturelles du Vermont (ANR) a rendu publique la version préliminaire du permis de traitement du lixiviat provenant du site d’enfouissement de Coventry. Le permis de traitement à Newport, qui était suspendu depuis octobre 2019, serait définitivement révoqué. Un grand pas pour la protection de l’environnement et du lac Memphrémagog, une richesse inestimable et source d’eau potable pour des milliers d’Estriens.

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

Le permis préliminaire prévoit que la totalité du lixiviat provenant du site de Coventry, propriété de Casella, soit traitée à l’usine de traitement municipal de Montpellier au Vermont. Le document inclut plusieurs nouvelles conditions, dont notamment l’analyse et le suivi de polluants comme les PFAS, les composés organiques volatiles, les pesticides, les BPC et les PFAS. Le permis préliminaire requiert aussi la mise en place d’un projet pilote de prétraitement du lixiviat afin d’éliminer les PFAS et autres polluants.

L’ANR confirme son intention de demander une implantation à grande échelle, une fois l’efficacité du prétraitement démontrée. Les élus de la Table de concertation du lac Memphrémagog prévoient participer aux consultations publiques organisées par l’ANR au cours des prochaines semaines. Ils ont d’ailleurs mis sur pied un comité d’experts pour les épauler dans leur travail.

Citation :
« Les élus et les citoyens réclament depuis près de deux décennies qu’aucun traitement ni rejet du lixiviat ne soient effectués dans le bassin versant du lac Memphrémagog. La proposition de l’ANR représente une belle victoire pour l’environnement et la santé publique. Nous sommes soulagés de constater que l’ANR demande que le traitement du lixiviat se fasse à l’extérieur du bassin versant du lac Memphrémagog, mais aussi très heureux de constater que les PFAS et autres contaminants émergents feraient dorénavant l’objet d’un suivi serré ».
-Gilles Bélanger, député d’Orford, leader et porte-parole de la Table de concertation des élus du lac Memphrémagog.


La Table de concertation des élus du lac Memphrémagog est composée de représentants politiques de la Ville de Sherbrooke, de la MRC de Memphrémagog, des circonscriptions provinciales d’Orford et de Sherbrooke, ainsi que des circonscriptions fédérales de Compton-Stanstead, Sherbrooke et Brome-Missisquoi. Les objectifs de ce lieu de concertation sont de développer une force régionale pour la protection du lac, ainsi qu’une synergie entre les différents ordres de gouvernement pour des interventions concertées.

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...