Le Val-Ouest

Les Loisirs de Racine perdent leur exclusivité

La municipalité de Racine a décidé de mettre un terme à l’exclusivité des Loisirs de Racine dans l’organisation d’activités et de reprendre le flambeau. Constitués en 1972, les Loisirs de Racine étaient derrière la Fête nationale et les activités sportives du terrain de balle-molle.

« Ça fait longtemps qu’on ne s’entend pas avec les Loisirs », avoue le maire Mario Côté. « Un moment donné, il faut tourner la page et aller de l’avant. On peut pas rester dans cette situation-là tout le temps. »

Cette situation consiste en des états financiers et des rapports d’assemblée générale annuelle qui n’ont pas été fournis. Par conséquent, la municipalité de Racine a pris la résolution de retenir son appui financier aux Loisirs de Racine, lors de la réunion du conseil de juin 2022.

L'Info-Val

Une fois par semaine, nous vous offrons les liens vers nos articles les plus populaires.

La municipalité déclarait alors que l’organisme avait failli à ses « obligations à de multiples reprises » et qu’il « refuse de se conformer » à ses demandes. « On leur avait donné jusqu’en septembre pour se conformer. Il n’y a rien eu de fait, pas d’intention non plus », indique le maire Mario Côté.

C’est pourquoi, le mois dernier, la municipalité a émis un communiqué indiquant son intention de reprendre la responsabilité des activités de loisir sur son territoire. Sur Facebook, l’annonce avait généré une demi-douzaine de commentaires de citoyens se disant satisfaits du travail bénévole fait au fil des années par les Loisirs de Racine.

La St-Jean à Racine

Une des activités phares des Loisirs de Racine demeure les festivités de la Fête nationale. Les célébrations du 24 juin y ont acquis au fil des années une envergure qui dépassent les limites de la municipalité.

À ce titre, le couple derrière les Loisirs de Racine, Jasmin Desmarais et Josée Breton, a reçu le Prix Artisan de la Société nationale de l’Estrie (SNE) en mai dernier. « C’est extraordinaire ce qu’ils font, à Racine. Ils organisent un événement d’une ampleur quasi-régionale. Et c’est l’ensemble de la communauté qui se mobilise », explique le président de la SNE, Etienne-Alexis Boucher.

Le couple derrière les Loisirs de Racine reçoivent le prix Artisan.
Jasmin Desmarais et Josée Breton lors de la remise du Prix Artisan de la SNE au Théâtre Granada de Sherbrooke en mai 2022. Crédit photo : Josée Breton

Même le maire Mario Côté reconnait le travail colossal fait autour de la Fête nationale. « Je leur ai dit : ‘La fête de la St-Jean, vous en faites un succès. Il est pas question qu’on vous abandonne.’ »

Deux politiciens posent en compagnie de Jasmin Desmarais, des Loisirs de Racine, lors de la Fête nationale 2022.
De gauche à droite : Mario Côté, maire de Racine; Andréanne Larouche, députée fédérale de Shefford; et Jasmin Desmarais, président des Loisirs de Racine, lors de l’édition 2022. Crédit photo : Les Loisirs de Racine

N’empêche que les frictions entre l’organisme et la municipalité perdurent depuis quelques années. À ce moment, Mario Côté était conseiller municipal et le maire était alors Christian Massé.

Une saison de patin en otage

Un exemple des déboires entourant les Loisirs de Racine demeure la vente de la surface multifonctionnelle (patinoire). En 2018, l’organisme offre à la municipalité d’acquérir la surface et les terrains sur laquelle elle se trouve (135 et 137 rue de la Rivière) pour 300 000 $. Le 4 septembre de la même année, la municipalité fait une contre-offre de 86 000 $ pour se porter acquéreur du lot. Les Loisirs de Racine déclinent alors la proposition.

Un an plus tard, la saison de hockey et de patinage est incertaine parce que la surface multifonctionnelle n’a pas d’assurances. Lors d’une séance extraordinaire tenue le 27 décembre 2019, la municipalité décide de prendre à sa charge les frais d’assurance afin d’offrir l’accès à la patinoire pour les mois d’hiver restants début 2020.

Elle impose alors aux Loisirs de Racine certaines conditions, dont celle « de tenir une assemblée générale annuelle publique ».

Des enfants jouent au hockey sur la patinoire des Loisirs de Racine
La surface multifonctionnelle se transforme en patinoire l’hiver, lorsque les détails légaux sont réglés. Crédit photo : Jasmin Desmarais

Retards de paiement

Quelques mois plus tard, en mai 2020, la municipalité de Racine reçoit « par courrier recommandé une lettre des Loisirs de Racine offrant d’acheter les deux terrains parce que les Loisirs ne sont plus capables d’assumer toutes les dépenses et les retards de paiement », détaillait alors le maire de l’époque, Christian Massé.

« Ça fait déjà un an qu’ils ne paient plus les intérêts des différentes dettes à la Caisse populaire. La Caisse a décidé de faire des procédures légales pour reprendre son argent. » Les Loisirs font alors une proposition de 165 000 $, comparativement au double un an plus tôt.

« Quand on a regardé l’argent que les Loisirs ont reçu pour la surface multifonctionnelle, on est rendu à un montant de 326 000 $ », calculait l’ex-maire Christian Massé. En effet, les Loisirs de Racine avaient bénéficié de 112 000 $ de la part de la municipalité, de 110 900 $ de la part de l’ancien MELS et de différents autres montants. La municipalité réitère donc son offre initiale de 86 000 $.

Finalement, les deux parties s’entendent sur un montant de 122 675 $. La municipalité assume alors les taxes municipales en retard, mais laisse aux Loisirs les taxes scolaires dues.

Lorsque joint par courriel, le président des Loisirs de Racine, Jasmin Desmarais, a préféré ne pas répondre à nos questions, « le temps de laisser tomber la poussière et remettre les pendules à l’heure.  »

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...