Le Val-Ouest

Votre média hyper local gratuit
Région de Valcourt

Les petits fruits disparus de ma mère (deuxième partie)

La récupération alimentaire

Deux centres d’action bénévole de la MRC du Val-Saint-François, soit Valcourt et Windsor, avec les Tabliers en folie de Richmond ont créé un projet dont l’objectif est de contrer le gaspillage alimentaire dans notre MRC. Ces organismes veulent, entre autres, faire une analyse et réfléchir sur des pistes de solutions afin d’assurer la sécurité et la souveraineté alimentaires dans notre MRC.

J’ai fait des démarches auprès des épiceries afin de conclure des ententes pour récupérer leurs invendus et les redistribuer au centre d’action bénévole le plus proche. Prenons comme exemple dans la région, l’IGA de Valcourt. Il y a 4 ans, cette bannière fut la première à prendre contact avec le Centre d’action bénévole de Valcourt et Région pour redonner ses surplus et contrer le gaspillage alimentaire. Rappelons qu’ici, le gaspillage alimentaire se chiffre à environ 50% pour l’ensemble du pays. Ces chiffres sont bien sûr énormes.

Soyez toujours à l'affût de l'information régionale

Inscrivez-vous à l'infolettre

En février dernier, avec le Centre d’action bénévole de Windsor, nous avons eu une entente pour récupérer les invendus du Provigo. Après les premiers trois mois qui correspondent à la période de confinement, six tonnes d’aliments pour une valeur de 25 000 $ furent récupérés et redistribués à ceux qui en avaient besoin. En conséquence de la crise, il y a une augmentation de la demande alimentaire et on peut supposer, vu les perspectives, que cela ne va pas reculer.

Notre système repose sur la volonté des gouvernements pour subventionner et des bannières pour donner. On peut se demander où est la dignité humaine et où est notre sécurité alimentaire là-dedans ? N’ayant pas le choix, notre population mendie son premier besoin pour vivre et a besoin de ce système caritatif que sont les organismes communautaires, leurs bénévoles et intervenants pour assurer un filet social aux personnes et familles en difficulté.

D’autre part, à ce jour, après avoir rencontré une grande partie des détaillants de notre MRC, je peux dire qu’il n’y a pratiquement plus de gaspillage alimentaire dans les commerces en alimentation dans notre MRC. Le travail restant doit se faire dans certains restaurants, des établissements et dans nos propres cuisines, entre nos mains comme citoyens responsables.

Le gaspillage alimentaire met en évidence notre très mauvaise vision du sujet et notre manque de respect des aliments, car les produire n’est pas aussi facile et rien ne garantit de bonnes récoltes, d’une année à l’autre. Ces dernières années, les gouvernements ont misé sur le compostage. Cela n’a fait qu’augmenter le gaspillage, nous disculpant et nous éloignant des véritables solutions en ne prenant pas le problème à la base. Quelles en sont les causes ? La surconsommation et la mauvaise gestion des frigos, entre autres. Notez que le compostage ne doit jamais être vu comme une solution. Autant nous étions fiers de composter, maintenant nous devrions être fiers de n’avoir pratiquement rien à composter. Si j’en parle ouvertement, c’est que moi aussi, avant d’en prendre conscience, j’ai composté en masse.

à suivre…

Jean-Daniel Mary, Chargé de projet en sécurité alimentaire,

Centres d’action bénévole du Val-Saint-François Valcourt, Windsor et Les Tabliers en folie