Le Val-Ouest

Redécoupage électoral : la région pourrait être scindée en trois

Si Valcourt, Racine et Bonsecours sont actuellement toutes situées dans la circonscription fédérale de Shefford, les choses pourraient changer avec la plus récente proposition de révision de la carte électorale.

Ce processus de redécoupage enverrait les sept municipalités du Pays de l’ingéniosité dans trois circonscriptions distinctes. Racine irait du côté de Richmond – Arthabaska, tandis que Valcourt (Ville et Canton) ainsi que Maricourt seraient transférées à Saint-Hyacinthe – Bagot.

Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Lawrenceville et Bonsecours demeureraient dans le giron de Shefford. Ainsi, à terme, la MRC du Val-Saint-François pourrait être répartie entre les territoires de quatre circonscriptions fédérales, si on inclut Stoke qui fait partie de Compton – Stanstead.

L'Info-Val

Une fois par semaine on vous offre le lien vers nos articles les plus populaires

Le « Val-7 » déçu

« Notre groupe des sept, on serait dans trois comtés. Ça marche pas. C’est ça qui nous déçoit », résume le maire de Racine, Mario Côté. Même son de cloche du côté du maire de la Ville de Valcourt, Pierre Tétrault, qui trouve la situation « frustrante ».

« Ça nous sépare, puis on a moins de moyens de pression », explique-t-il. « Dans la région, les sept municipalités environnantes, on a toujours été, en général, ensemble. On forme un genre de groupe. »

La députée de Shefford, Andréanne Larouche, déplore qu’on ne tienne compte que d’un simple calcul mathématique pour réarranger les circonscriptions. « Un moment donné, de diviser les MRC comme ça, ça vient diviser des communautés qui sont habituées de travailler ensemble, des communautés d’intérêt. »

Un processus en constant changement

Sur les 78 circonscriptions que compte la province, la Commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales s’apprête à modifier les limites de 60 d’entre elles. Ce faisant, elle cherche à « rapprocher le chiffre de population de ces circonscriptions du quotient électoral de 108 998. »

C’est ainsi qu’un siège de député sera supprimé en Gaspésie (celui de Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia) et une nouvelle circonscription sera créée dans les Laurentides (celle des Pays-d’en-Haut).

Localement, la circonscription de Richmond – Arthabaska gagnerait au sud la municipalité de Racine, pour perdre au nord celles de Daveluyville et de Saint-Louis-de-Blandford.

« C’est ce qui est malheureux de ces redécoupages-là. Ils sont basés strictement sur un principe de calcul où chaque circonscription doit avoir le même nombre d’habitants », déplore le député de Richmond – Arthabaska, Alain Rayes.

« Si on veut maintenir nos régions en vie, on aurait tout intérêt à tenir compte de l’aspect géographique dans un redécoupage. »

Consultation publique

La prochaine étape amènera la Commission à consulter la population du Québec lors de 22 audiences publiques un peu partout sur le territoire. L’une d’elles se tiendra à l’hôtel Delta de Sherbrooke le 5 octobre prochain. Deux audiences virtuelles à distance auront également lieu en septembre et en octobre.

Le maire de Valcourt, Pierre Tétrault, risque d’y prendre part. « On va regarder ça avec les municipalités environnantes. Peut-être qu’on essaierait de présenter un mémoire commun pour dire ‘Écoutez, ça marche pas votre affaire. Ça représente pas notre réalité au niveau régional.’ »

Toute personne intéressée à présenter des observations à une audience doit en aviser la Commission d’ici le 31 août. L’entrée en vigueur des nouvelles limites du redécoupage devrait entrer en vigueur au cours de l’année 2024.

À lire aussi : Redécoupage électoral : la région pourrait être scindée en trois

Une nouvelle, un événement à faire paraître?

Ayez le réflexe VAL-OUEST

Lire aussi...